[Test] Metal Gear Solid 5 : The Phantom Pain

Maintenant que la horde d’articles et de tests publiés par les bloggeurs et magazines de jeux vidéos en tout genres est passée, je peux enfin donner mon avis. Je viens de finir l’histoire principale après une bonne soixantaine d’heure de jeu, et j’ai beaucoup de choses à dire !

Bon, commençons par le commencement : la série des Metal Gear est ma licence préférée ! J’ai joué et fini tous les épisodes (oui oui, tous) depuis que j’ai découvert Metal Gear Solid 1 sur ma Playstation, un beau jour de l’année 2000 (je m’en souviens encore).
Inutile donc de vous préciser ici, que c’était le jeu que j’attendais avec impatience ; et j’ai eu un peu de chance car j’ai pu obtenir la version PS4, 4 jours avant la date de sortie officielle prévue le 1 septembre 🙂

Attention : Je vais citer dans ce posts quelques éléments de jeu. Pas de spoil sur l’histoire à proprement parler, mais des infos sur des lieux, des personnages et des objets que vous rencontrerez au fil de l’histoire. Vous êtes prévenus 😉

Pour replacer chronologiquement l’histoire, Metal Gear Solid V : The Phantom Pain se passe 9 ans en après les événements de Ground Zeroes qui ont plongé Big Boss dans le coma ; et juste avant Metal Gear premier du nom. On incarne donc une fois de plus Big Boss aka « Venom/Punished Snake » dans cet épisode (à ne pas confondre avec le Solid Snake joué dans MGS1 et MGS4) qui à son réveil rêve de se venger de ceux qui avaient voulu l’éliminer.

 

Concernant les nouveautés de cet opus, voici ce que Kojima et Konami nous proposent :

  • Un monde ouvert à découvrir
  • Des coéquipiers qui viendront vous prêter main forte sur le terrain (cheval, chien, soldats, robots …).
  • Une gestion poussée du temps et la la météo qui influe sur vos missions (visibilité, extraction de la zone de combat… etc).
  • Des armes à faire débloquer et améliorer (silencieux, viseurs, chargeurs …).
  • La gestion et l’amélioration de la Mother Base qui accueille les soldats recrutés sur les champs de bataille.

 

Concernant le monde ouvert, le pari est honoré ! Il est possible de se déplacer à volonté et sans trop de limites dans de somptueux décors nichés entre l’Afghanistan et l’Angola, et soumis aux aléas climatiques. Pour visiter tous ces endroits, vous disposez d’un hélicoptère qui peut venir vous chercher et vous déposer presque ou vous le souhaitez. Une fois sur le terrain, vous pourrez faire appels à des compagnons pour vous aider dans vos missions. Le seul disponible au début est votre cheval : le D-Horse, mais d’autres comme le D-Walker, le D-Dog et Quiet viendront se joindre à vous au fil des missions. Seul petit bémol, il n’est pas possible d’avoir plus d’un compagnon à la fois sur le terrain. C’est parfois pénalisant, surtout quand vous êtes avec D-Dog ou Quiet et que vous devez vous rendre à un endroit éloigné … à pied.

Concernant les aspects graphique de ce nouveau MGS, les équipes de Kojima et Konami nous proposent leur nouveau moteur « FOX » qui nous offre une qualité d’image et de rendu très bonne. Je pense que cela aurait pu être mieux (on peut toujours faire mieux non ?), mais le fait le fait que le jeu soit aussi sorti sur Xbox 360 et PS3, à certainement du imposer des limites. J’ai pu constater 2-3 chutes de framerate pendant de grosses cinématiques ou actions, et quelques textures « blinker », néanmoins cela reste très bon.

Un des points négatifs, est qu’une grosse partie de l’intrigue a été placée dans des cassettes audio qu’il est possible d’écouter en jouant, et que l’on récupère au fil des missions.
Elles sont certes très immersives, mais beaucoup moins bien que les (très) longues cinématiques qu’on avait l’habitude de voir des les Metal Gear Solid.
Apparemment, certains « joueurs » se plaignaient que MGS c’était long, et qu’il y avait trop de blabla. Kojima a donc préféré retirer une grande partie du background socio-dramatico politique du jeu et des cinématiques, pour le placer dans ces cassettes audio et ainsi rendre leur écoute optionnelle. C’est dommage.

 

Les points positifs :

  • Un monde ouvert et une gestion complète de la Mother Base
  • De nouvelles mécaniques de jeu (inspirées de MGS : Peace Walker), un panoplie d’armes et d’objets à faire évoluer
  • Le gros + du jeu est son temps de jeu incroyable, il m’a fallu plus de 50h pour finir la trame principale, et il reste pas mal d’heure de jeu possible derrière (no spoil)
  • Une histoire non linéaire, qui propose le choix entre plusieurs missions
  • Une application smartphone/tablette pour voir la carte et demander des actions de soutien (bien plus qu’un gadget !).

 

Les points négatifs :

  • Des missions un peu trop répétitives.
  • Pas mal de cinématiques remplacées par des cassettes audio.
  • Le mode réflexe (même avant son amélioration) bien trop long, il est presque donc impossible de déclencher un alerte si on prend bien son temps pour neutraliser l’ennemi qui nous a découvert avant qu’il ne prévienne ses copains. Cela rend cet aspect du jeu bien trop facile. (edit: j’ai remarqué plus tard qu’il était possible de le désactiver)
  • Metal Gear Online pas disponible tout de suite.
  • Les déplacements d’un lieu à l’autre sont parfois longs, surtout dans la mother base.

Bref pas besoin de plus d’éloges de ce jeu pour qui, vous l’aurez compris, est mon Metal Gear préféré. Hideo Kojima s’est une nouvelle fois surpassé pour nous offrir (je pense) son meilleur MGS.
Ce nouvel opus termine donc l’arc narratif de la saga et répond à la plupart des questions qui pouvaient rester en suspend. La boucle est bouclée…

Hello!

Petite présentation rapide du propriétaire du blog. Je m'appelle Lucas T., j'ai 29 ans et je suis Ingénieur Logiciel (enfin c'est mon job qui dit ça).

Je tiens ce blog depuis plusieurs années, mais il a changé moulte fois de noms et a subit (et subira) de nombreux passages à vide. En gros je poste quand j'ai envie/besoin.

Je vend deux-trois bricoles que je n'utilise plus ici, et je loue mon appartement en bord de mer à Carnon

Pour le reste j'en dis un peu plus sur mon site/CV.